jeudi 12 avril 2007

sens interdit

Les collections publiques se sont récemment enrichies du chef d'oeuvre d'un dénommé Raynaud. La revue où je lis cet entrefilet ne donne pas le prénom de ce type ultra célèbre, (il ne s'agit pas, comme je l'ai cru d'abord, de notre Fernand) mais fournit une description de l’œuvre, pardon, du travâââil en question.

Il s'agit d'un panneau de circulation banal, monté sur un vulgaire bâton. N'essayez pas de faire ça chez vous, si vous n'êtes pas artiste patenté : les communes sont assez chatouilleuses en ce qui concerne le mobilier urbain... vous écoperiez d'une amende.

Donc cette œuvre extraordinaire - ce "travail qui veut dire quelque chose"- inspirée je suppose par Marcel Duchamp (comme la plupart des œuvres originales depuis environ le déclin de l'art abstrait) et qui est formidable au niveau de la démarche vient d'être achetée par l'état. L'état, c'est à dire nous tous, qui payons des impôts, et même ceux qui n'en payent pas, puisque cet argent, au lieu de leur revenir, va aller enrichir quelque chien de commissaire (priseur).

On a les moyens ou on ne les a pas : ce panneau emmanché d'une gaule a valu à son vendeur un chèque d'un montant de 40 000 Euros. Mais rassurez-vous, nous n'avons pas fait un mauvais placement. Peu de temps auparavant, un particulier avait proposé plus de 90 000 Euros pour la même œuvre... je veux dire le même travail. L'état a fait jouer ce qu'on appelle le "droit de préemption", qui lui permet de récupérer le panneau à un prix raisonnable : économiser 50 000 Euros, ce qui n'est pas rien par les temps qui courent.

J'avoue honteusement qu'avant cet épisode j'ignorais tout de ce Raynaud (dont le prénom, renseignement pris est Jean-Pierre) ce qui montre mon immense inculture. Que vais-je conclure d'autre de tout cela? (je me concentre).

D'abord, que l'état a plus de ressources qu'il ne le dit.

Ensuite que certains particuliers sont prêts à signer un chèque de 90 000 Euros (15 ans de RMI) pour posséder un panneau de circulation signé d'un nom illustre. Il faut être le dernier des crétins pour dépenser une telle somme pour un seul panneau, qui plus est un panneau de sens interdit. Certains panneaux sont plus jolis, comme par exemple celui de la route glissante ou du passage de bestiaux. Pour le même prix, il aurait pu se payer toute la collection et décorer tout le château dans le même goût.

90 000 Euros, c'est pourtant peu de chose. Un tableau de Gustav Klimmt vient d'être vendu 135 million de dollars. Vous pouvez en trouver le puzzle métallisé pour 49, 99 Euros.

Aucun commentaire: