jeudi 10 mai 2007

pluralité sur les medias de service public

A propos de l'émission de Daniel Mermet Là Bas Si J'y Suis , certains s'étonnent qu'on puisse entendre un message "gauchiste" sur une radio d'état. Or la radio d'état est précisément celle où la pluralité est de mise. Si M. bouygues peut se payer le premier média de France et manipuler l'opinion à sa guise, pourquoi le contribuable de gauche, qui paye la redevance, n'aurait-il pas le droit d'entendre sur la radio d'état le discours qui lui ressemble, (et non la caricature haineuse qu'en donnent certains extrémistes)
D'ailleurs j'écoute Mermet depuis des années et je pense pouvoir affirmer qu'il est toujours resté très correct et très professionnel, et qu'il faut vraiment être très chatouilleux pour prendre ombrage de son émission.

M. Sarkozy est-il aussi méchant qu'on le suppose? Dans son discours on sent le culte de la richesse, du prétendu mérite (qui, pour ce qui concerne M. bouygues, a été reçu en héritage) et le mépris (voire l'ignorance pure et simple) pour tout ce qui n'appartient pas à la sphère dorée de son monde de Yachts.

Mais tout cela n'est rien tant que la pluralité est respectée, tant que le droit du travail est maintenu, tant que le droit de se rassembler, de s'informer, de réagir à des propositions de loi injustes par la grève est respecté. S'il touche à tout cela, M. Sarkozy passera la ligne blanche et alors, de deux choses l'une : ou bien il reculera devant la réaction de ceux qu'il accable, ou bien il sera contraint d'utiliser la force, et là, le fascisme ne sera pas loin.

Le cas de l'émission de Mermet est symptomatique : un pouvoir d'extrême droite peut-il accepter qu'on lui montre quotidiennement ses torts? Je ne crois pas. La disparition de là-Bas si j'y suis serait le début de la fin pour une démocratie en sursis...

Aucun commentaire: