dimanche 2 septembre 2007

les margoulins de l'imprimante

Mon imprimante est une EPSON stylus DX4050. Dernièrement, la cartouche d'encre bleue est signalée comme "épuisée" par le logiciel d'EPSON. Qu'à cela ne tienne, je décide d'imprimer en noir... rien à faire, l'imprimante ne répond plus. Je crois à une panne et me renseigne sur internet. Ce n'est pas une panne. Le pilote d'EPSON est délibérément conçu de telle façon qu'on ne peut se servir de l'encre noire si la cartouche bleue est épuisée.

Le plus beau, c'est que vérification faite, la cartouche d'encre bleue n'est pas vide. En la secouant je me rends compte qu'il y a encore pas mal d'encre dedans. Comment cela se fait-il? Eh bien chaque cartouche est munie d'une puce qui, au bout d'un nombre donné d'utilisations décrète que la cartouche doit être changée, qu'il reste de l'encre ou pas.

Ce procédé permet apparemment d'éviter que le "consommateur" ne recharge la cartouche à partir d'une quelconque bouteille d'encre. Même pleine, la cartouche est signalée vide par la puce et le logiciel d'EPSON interdit tout usage de l'imprimante. Notons que sur le marché on peut trouver un "réinitialisateur de puce EPSON" pour contourner l'interdiction de recharger sa cartouche. Il est vrai qu'il est plus simple d'acheter une cartouche neuve et de jeter l'autre ou, si l'on a une sensibilité "écolo" de la ramener au supermarché pour qu'EPSON ou un autre puisse la recharger et vous la fasse payer une autre fois.

Si l'on utilise une cartouche compatible d'une autre marque, on a droit à un message d'EPSON (message qu'on ne peut éviter à chaque fois qu'on imprime) pour décourager de l'employer.

Ces procédés commerciaux sont apparemment de bonne guerre, puisque personne ne s'en plaint. Mais alors, qu'est-ce qui distingue le commerçant honnête du margoulin?

Aucun commentaire: