lundi 15 octobre 2007

diction fronçaise

Parmi les « attributions » du CSA, l’organisme de Contrôle de l’Audiovisuel doit parfois rappeller à l’ordre quelques journalistes ou animateurs dont la diction laisse à désirer.

La « diction » est pour nous pauvres provinciaux un art difficile, car elle évolue suivant l’usage en vigueur à l’intérieur du périphérique. Ainsi, sur une radio nationale et même « de service public » un animateur demandait si « Nontes est bien en Brotagne ».

Il s’agit de l’application de deux règles bien connues de la langue française. « an » tend à devenir « on ». On connaît une anecdote à ce sujet. De Gaule se rendant dans les TOM déclara un jour aux mayotains : « Que vous êtes Fronçais » ce que les mayotains comprirent paraît-il « que vous êtes foncés ».

Quand au « e » caduc, nous avons vu que le français le fuit où il devrait se trouver, (et le fait ré-apparaître où il n’existait pas). Pour ce qui est de la fuite, deux solutions : soit le supprimer : "le p’loton", soit le transformer en « o » : "le poloton". Supprimer le « e » n’est d'ailleurs pas toujours possible. « Br’tagne » , « Br’ton » seraient difficiles à prononcer. Donc on dira Brotagne et Broton.

Dans ces deux cas, il ne s’agit pas d’erreurs comme dans les prononciations provinciales mais d’évolution…

Aucun commentaire: