samedi 6 décembre 2008

La Mauvaise réputation

Georges Brassens, on le sait, a vécu à Paris quand il n'était pas en tournée. On sait aussi qu'il a revendiqué ses origines, avec de nombreuses allusions dans ses chansons, dont la plus explicite est évidemment la supplique pour être enterré sur une plage de Sète. Ne l'eut-il pas fait, son accent méridional très prononcé l'aurait de toute façon trahi. La famille de son père était venue de Castel Sarrasin et sa mère était d'origine Napolitaine, mais c'est bien dans le joli port languedocien de Sète qu'il a vécu son enfance et son adolescence.



Brassens était donc setori ce qui veut dire "Sétois" en sétois. Le setori est aussi une variété de la langue d'Oc. Les locuteurs de la langue d'Oc (ou occitan, ou provençal) se sont souvent emparés des textes de Brassens et les ont abondamment traduits et réinterprétés.
André Chiron fait partie de ces interprètes, et il faut insister sur la qualité impeccable autant des traductions que du chant. On ne pourrait lui reprocher qu'une chose, être resté trop près de l'original peut-être. Il faut dire qu'André Chiron est sur ce disque accompagné ni plus ni moins de Joel Favreau, le guitariste attitré de Brassens, et qu'en tournée, Chiron bénéficiait de l'arrière plan sonore de la contrebasse de Pierre Nicolas...

Quoi qu'il en soit deux disques ont été "gravés" intitulés André Chiron canto Brassens en Prouvençau" (vol 1 et 2) ce qui se passe de traduction. N'étant pas un ami ni même une vague connaissance d'André Chiron, je ne peux que vous renvoyer sur ce site pour plus d'information.
Les traductions des chansons sont de Pierre Paul. En effet il ne suffit pas de posséder parfaitement la langue d'Oc, encore faut-il être suffisamment poète pour... mais assez causé, voyons plutôt un exemple : La Mauvaise réputation.
NB La graphie est celle de l'auteur.


LA MARRIDO REPUTACIOUN

Au village, dins moun endré
Me siéu carga lou capelet
Que que digue o que digue rèn
Me tenon pèr un pau de sèn.
Crese qu'en res pamens fau de daumage
En me plegant pas à si bons usage.
Mai li bràvi gènt amon pas
Que se marche pas a soun pas
Noun, li bràvi gènt amon pas
Que se marche pas a soun pas.
Me mascaron. Que digon rèn
I'a que li mut e se coumpren.

Pèr lo quatorge de juiet
Iéu me radasse dins moun lié.
La musico que marcho au pas,
D'acò me n'en soucite pas.
Crese qu'en degun pamens fau d'escorno
En escoutant pas lou graile que sono.
Mai li bràvi gènt amon pas
Que se marche pas a soun pas
Noun, li bràvi gènt amon pas
Que se marche pas a soun pas.
Tout lou mounde me guigno au det
Franc di manchet, ço vai soulet

Quouro vese un raubo-galino
Que ié fan senti la sapino
Un pèd-terrous e si vesin
Iéu l'ajuda a grata camin.
En res crese de faire tort en soumo
En leissant fugi li voulur de poumo
Mai li bràvi gènt amon pas
Que se marche pas a soun pas
Noun, li bràvi gènt amon pas
Que se marche pas a soun pas.
Tòuti me picon sus lo su
Franc di nanet, bèn entendu.

Ges de besoun d'un devinaire
Pèr saupre ço que me van faire.
Tre qu'auran un tiroun di bèu
Me ié penjaran autant lèu.
En res crese de faire tort en soumo
En enregant pas lou camin de Roumo.
Mai li bràvi gènt amon pas
Que se marche pas a soun pas
Noun, li bràvi gènt amon pas
Que se marche pas a soun pas.
Me vendran vèire à moun gibet
Franc di calu, ço vai soulet.

Aucun commentaire: