dimanche 3 février 2013

Pétrole ech'gé

Alors voilà, Paris Saint Germain  a redoré son blason, après une victoire plus que douteuse contre Lille, l'équipe du Qatar a corrigé Toulouse Football Club.

Cette fois, la machine est lancée... les journalistes vont nous en faire bouffer de la satisfaction chauvine, cocardière; on est pas à Cloche-merle, là, on est à Paris, la Câpitâle, l'île de la Cité, les cloches de Nôtre-Dame et surtout le Pé-èch-gé. Il faut dire que le PSG, ce n'est plus une équipe miteuse à la Française, elle ressemble de plus en plus à l'équipe de Madrid ou de Manchester, sélection des meilleurs joueurs sur le marché. Les joueurs, ces mercenaires, à ce qu'on raconte, ont un salaire mensuel de 4, 5, 600 000€. L'argent vient du Qatar, un endroit où pourtant rien ne pousse, sauf les cailloux!

Vous allez dire, il est idiot ce type, il ne sait pas que l'émirat du Qatar est un des plus grands producteurs de pétrole et surtout de gaz au monde? Ouais, eh bien, essayez de bouffer du pétrole : c'est dégueulasse. L'argent du Qatar, c'est le nôtre. Nous, nous avons un des pays les mieux lotis en ce qui concerne l'agriculture, ça pourrait être le paradis, mais l'agriculture, on s'en contre-fout. Trop dur de travailler la terre, on préfère acheter du pétrole au Qatar, grossir comme des porcs ou soulever de la fonte dans des salles de sport puantes et baver devant  le Pé-èch-gé (notre équipe tu parles!) (que c'est beau! ces joueurs si talentueux, pas dopés du tout, venus de tous les coins d'Europe, d'Afrique, d’Amérique du Sud rassemblés dans notre belle capitale à grand renfort de pétrodollars!)

Pendant ce temps, la France, on la couvre allègrement de bitume, ce bitume même qu'on achète aux émirs, la belle capitale étend son béton sur les plus belles terres agricoles du pays, on bombarde la terre d'engrais (à base de pétrole, entre autres, du Qatar) à tel point qu'elle en devient peu à peu stérile. On construit des routes, on se saigne pour acheter des bagnoles, on paie le pétrole, et on se déplace comme des cons. Les habitants de Toulouse vont travailler à Montauban, ceux de Montauban vont travailler à Brive, ceux de Brive à Clermont-Ferrand, ceux de Clermont-Ferrand à Saint-Etienne, ceux de Saint-Etienne à Lyon, etc. Ils appellent ça la mobilité, moi j'appelle ça, au mieux, le gaspillage organisé, au pire la connerie à l'état pur, sous forme de bâton à se carrer où je pense, si vous me passez l'expression.

Et pendant qu'on est dans nos bagnoles à écouter les résultats du foot en s'empoisonnant lentement aux gaz d'échappement, les émirs du Qatar comptent les ronds. Ah! Ce qu'on est cons!

Aucun commentaire: